Post Image

De l’écriture à la composition, jusqu’à l’interprétation de ses morceaux, cet artiste, issu du célèbre quartier la Castellane trouve son inspiration dans son quotidien. Bercé par les influences hip hop de ses ainés, à la vision mature, réfléchie et objective, Achim dresse un tableau juste de la réalité de la vie de cité à l’heure de l’hyper-communication.

93375973_2248869008748369_6940740903514406912_o

Le 17 avril, Achim dévoile son premier EP : [ R ]
Construit autour d’une imagerie du jeu de hasard, cet opus composé de quatre morceaux fait écho à la fortune et l’infortune auquel chacun est confronté durant sa vie. Produit par Siir Isaac et Tolec, cet opus est le premier volet d’une série de quatre mini albums. Le ci-nommé d’une seule lettre prendra tout son sens à l’issus de l’année 2020. Déchiffrez les indices au rythme des sorties…

Les morceaux
[ R ]
« Personne n’est qu’une personne »
L’introduction de l’EP plonge immédiatement l’auditeur dans l’univers d’Achim. Avec une boucle efficace et entêtante, des punchlines oscillant entre second degré et remise en question, ce morceau, dépeint le quotidien de chacun et ses désagréments.

ENCORE UN AUTRE
« Les passants le contourne, gardent les snap allumés… »
Sur ce morceau en mode story telling, Achim se place comme un témoin de la vie de cité et d’un de ses cotés les plus sombres auquel ses habitants sont exposés malgré eux : l’ultra violence. Le morceau, n’est ni plus ni moins que le récit d’un drame. La mort d’une personne dans un contexte ou ; bavure policière, règlement de compte ou encore dispute qui tourne mal, Achim dresse encore une fois un tableau froid et juste de la réalité dans laquelle il évolue.

METS DANS L’ASSIETTE
« Un plein Berçy pour mes versets… »
Premier titre dévoilé en mars dernier, accompagné d’un clip réalisé par Alexandre Lhote, « Mets dans l’assiette » est un morceau fort, à l’instrumental et au refrain entêtants dans lequel l’artiste met en contradiction des thèmes d’actualité et s’interroge sur les paradoxes du monde d’aujourd’hui. Sur un fond « égotrip » Achim annonce la couleur, s’installe dans le paysage du rap français, bien décidé à prendre sa part du gâteau.

SHEEESH

« Tu vois plus ton père que l’agent du fisc… »
Achim vient clôturer ce premier Ep avec sa spécialité dans ce projet ; des punchlines ciselées et des changements de rythmes qui lui sont propres. Le morceau, doux-amermet en exergue des problèmes de société par opposition avec les petits tracas quotidiens.
Share in
Tagged in